" La Corse, c'est le pays où quand tu avances, le travail recule "

(Tino Rossi)

 

C'est à juste titre que la Corse porte le nom d'île de beauté : avec plus de 2.000 espèces végétales, cette île méditerranéenne vous éblouira de couleurs.

Chaque saison regorge de richesses de toute nature : le printemps fleuri chargé des parfums du maquis, l'été qui, par la grande diversité des manifestations, attire de nombreux touristes et l'automne délicieux où l'on fête la châtaigne.

Une tête de maure avec  bandeau en est l'emblême.

 

 

Cette île, très montagneuse, d'une superficie de 8.550 kms2,  comporte deux départements : la Haute-Corse avec Bastia comme préfecture et la Basse-Corse avec Ajaccio.

 

Après une traversée de la France en car, nous avons embarqué à Marseille , à bord du ferry, destination Ajaccio. Au petit matin, sous un soleil radieux, nous avons mis pied sur la terre chantée par Tino Rossi. Ici, débute notre découverte de la Corse.

 

 

Ajaccio, ville natale de Napoléon Bonaparte et de Tino Rossi, se dessine au coeur d'un des plus beaux golfes du monde, sur fond de montagnes.

A travers les ruelles de sa vieille ville, on découvre le parcours napoléonien, les musées prestigieux, la cathédrale et le marché quotidien aux multiples saveurs. 

Les rives du golfe d'Ajaccio sont curieuses à découvrir. Au nord, la route qui longe le littoral nous conduit à la pointe de la Parata, veillée par une tour gênoise, d'où l'on peut admirer cette féerie de dentelles que forment les îles sanguinaires au coucher de soleil.

 

 

 

 

Nous prenons la route en direction de Cargèse, dont les deux églises (orthodoxe et latine) se font face.

Plus au sud, entre Piana et Porto, nous découvrons les étonnantes calanques de porphyre rouge.

Nous poursuivons notre route par le col de Vergio (frontière entre la Haute et la Basse Corse), les gorges de Spelunca, le défilé de la Scala di Sta Régina, Ponte Leccia et enfin, l'Ile Rousse, où nous déposons nos valises pour trois nuits. Station balnéaire de la côte, l'île rousse doit son nom aux rochers de porphyre rouge de la Pietra.

 

 

Le lendemain, départ pour Calvi, un des plus beaux sites marins de France. L'immense baie, les murs de la citadelle qui s'avancent au milieu de la mer, le port de plaisance, un des plus appréciés de Corse, font de Calvi un des plus beaux décors.

Calvi représente six siècles d'histoire et de domination gênoise. La devise de la cité "Semper Fidelis" montre sa fidélité à la république de Gênes.

Nous poursuivons notre route vers Calenzana et le col de Salvi, d'où nous découvrons la plaine de Balagne, sur fond de mer et San Antonio, classé un des dix plus beaux villages de France. Retour par Aregno vers l'Ile Rousse.

 

 

Troisième jour de notre circuit corse. Nous partons à la découverte du Cap corse.

Nous traversons le désert des Agriates au paysage lunaire en direction de Casta, Saint-Florent (petit port dans la région du Nebbio, appelé, aujourd'hui, le petit Saint-Tropez corse, très prisé de nombreux artistes) et Nonza (village accroché à la montagne). Nous longeons les côtes jusque Bastia, en passant par le moulin Mattei à la pointe nord du cap.

Bastia, préfecture de la Haute-Corse, est la capitale économique de l'île et le second port français (après Calais) de part le nombre de passagers. 

Retour à l'Ile Rousse en fin de journée.

 

 

 

Nous quittons la Haute-Corse en direction de Corte. Pascal Paoli, militaire très cultivé et père de la nation corse au 18ème siècle, en fit sa capitale. Adversaire des gênois et fondateur de l'Ile Rousse, tout y est à son honneur. La Corse lui doit son indépendance durant 14 ans (de 1755 à 1769). Vaincu par les français à la bataille de Ponte Nuovo, en 1769, il fut contraint à l'exil.

Après la traversée du parc régional de Corse et de la vallée de Gravona, arrivée à Olmeto, notre lieu de séjour pour découvrir la Basse-Corse.

 

 

 

5ème jour : départ d'Olmeto en direction de Zonza et des aiguilles de Bavella dont les sept pics déchiquetés offrent un spectacle somptueux.A voir, le pont gênois de Spin'a Cavallu qui doit son nom  à sa forme en dos d'âne. Enjambant le Rizzanes, il est le plus beau de Corse.

Nous redescendons ensuite, par le parc régional, vers le barrage de l'Ospedale, Porto-Vecchio et Sartene.

Sartene est "la plus corse des villes corses" comme l'a écrit Prosper Mérimée. Cette ville est célèbre pour son impressionnante procession des pénitents du vendredi saint : le catenacciu.

 

 

Nous quittons Olmeto pour la dernière étape de notre circuit, le sud de l'île. En chemin, nous nous arrêtons pour admirer le rocher de Roccapina,  aussi appelé "Lion de Roccapina", d'où l'on a une vue sur le maquis avec, en toile de fond, les rochers et la mer.

Perché au sommet d'impressionnantes falaises de calcaire, Bonifacio, site exceptionnel, fondé en 833 par Boniface, comte de Toscane, est aussi un port de plaisance. Très découpée, la côte offre un splendide chapelet de calanques et de golfes.

Par temps clair, on peut voir les côtes de Sardaigne, situées à 12 kms, ainsi que les îles Lavezzi, réserve naturelle.

 

 

Quelques spécialités corses : la myrte, la châtaigne, les herbes du maquis, les fromages à pâte dure, les charcuteries, le miel, l'huile d'olive, la coutellerie et le corail rouge, etc...

Voilà un voyage très riche en paysages qui nous a permis d'avoir une vue générale de la Corse.

Tout qui est allé en Corse, n'a qu'une envie : c'est d'y retourner !